Aikido Budo Hericourt : l'Aikido d'Iwama à Héricourt et Besançon

Stage M.Jeandel - Fev. 09

Stage organisé par le club, à Héricourt, du 21-02-2009 au 22-02-2009

Résumé de Thomas 1er DAN TAI

Notre professeur préféré nous revient très en forme, fort d'un enseignement et d'une pratique offerte par notre Sensei Philippe Voarino. Matthieu durant ce stage nous a lui offert un enseignement basé sur les principes de rotation du corps, d'omote et de riai, comme nous l'a montré Frank.

Je parlerai plus particulièrement du principe d'Irimi (malgré ma jeune expérience de l'aikido), présent dans toutes les explications ou presque, un de ceux qui a conduit toute la logique du stage : durant le cours enseignant, Matthieu nous a d'abord démontré le principe Irimi, omniprésent dans notre pratique (mais souvent caché afin de préserver l'intégrité physique de Uke ). Puis nous avons étudié l'attaque Yokomen ou nous avons pu pratiqué Tenkan puis Irimi, marquant presque véritablement les atemis; la technique étant elle même un atemis, j'ai personnellement réussi parfois à libérer mon énergie chose qui croyez moi, est assez rare.

Etude originale et marquante, ou j'ai pu ressentir un aikido plus martial et concret, peut être plus proche de celui qu'on imagine lorsque l'on parle d'Ô Sensei.

Matthieu tente alors de faire évoluer notre vision de l'aïkido, du kotai, du jutai et de l'ekitai, intéressant. Le kotai est redéfini un peu plus clairement en fonction du riai, du jutai ... Matthieu nous fait alors travailler la sensation, autant dans la pratique d'un aikido jutai que dans ses explications des principes.
Un cours très efficace et vraiment des plus intéressant.

Quant à l'ambiance ! Toujours fraternel et studieuse, à la fois détendu et sérieuse, j'ai noté une excellente pratique entre héricourtois et nos amis venus d'à coté ou de loin. Un seul regret : que les contraintes de notre société et de nos corps (bien fatigués tout de même) ne nous permettent pas de pratiquer plus longuement!!

Au final, dans la lignée de quelques autres, nous avons assisté à un stage montrant une porte sur une pratique légèrement différente de celle que nous connaissions, nous n'avons plus qu'à ouvrir cette porte, et voir ce qui nous attend derrière!! A très bientôt à tous pour le stage de Philippe!!!! Et merci à Matthieu et à tous les participants!!

Résumé de Frank 1er dan Iwama ryu

Retour de stage. Finalement j'ai (après négociation auprès de ma douce) pu faire 6 h sur les 10 proposées.

Il y a beaucoup de choses à dire. De ce que j'ai retenu, Matthieu a axé ce stage sur :

1) la notion d'irimi au coeur de toutes les techniques
2) la transversalité des techniques, ce qui les réunit (riai)
3) la complémentarité omote / ura
4) le corps et son axe, symbolisé par la colonne vertébrale, moteur de tout mouvement

Je ne vais donner que quelques exemples, ce serait bien trop long (et fastidieux) de vouloir faire un compte-rendu exhaustif.

1) la notion d'irimi au coeur de toutes les techniques

Le premier point a été l'occasion, entre autres, de rappeler (comme il le dit souvent ici d'ailleurs ) qu'il n'existe pas de parade / protection en aikido.
Illustration avec le 1er kumijo et le 4ème kumijo : très éclairant. On se rend compte que ces "parades" sont en fait des attaques que l'on a dévoyées à des fins pédagogiques. Du coup la notion d'irimi prend tout son sens mais est très difficile à appliquer (en tout cas pour moi), car, une fois que l'on a compris cela, il s'agit d'exécuter ces "parades / protection" comme si l'on avait l'intention de réaliser le mouvement initial. Se protéger (pour les besoins de l'exercice) tout en pensant au coup définitf (notion d'irimi).
Tout cela parfaitement illustré par le découpage des kumijo en awase successifs.

Autre illustration du point 1) à travers le 1er ken tai jo et des découpages semblables. Je me suis rendu compte que la première action initiale de tori est une projection (8ème kumijo). La seconde action rend plus compte de la notion d'irimi avec son prolongement en tsuki direct.

2) la transversalité des techniques, ce qui les réunit (riai)

Pour ce qui est de la transversalité des techniques, quelques exemples m'ont fortement éclairé, comme :
- le lien entre juji nage et ikkyo (excellent !) , du coup plus de problèmes pour trouver la direction de la projection.
- plus classique, mais toutjours bon à revoir : lien entre ikkyo omote et la projection d'un henka du 1er ken tai jo (qui se rattache lui-même à la projection du 6ème kumijo)

3) la complémentarité omote / ura

En résumé : s'il y a un mouvement omote, c'est qu'il existe une possibilité ura. Et cela s'applique bien au-delà des techniques proprement dites, à notre corps par exemple.

Pour illustrer ceci, j'évoquerai un des cas qui m'a marqué : la projection kote gaeshi (lorsque tori projette uke).
Il y a une variation à TAI par rapport à ce que l'on fait d'habitude en Iwama. En fait je dirais plutôt un "rajout" que "variation". Et ce rajout me paraît tout à fait pertinent.
Il y a, à la fin de la projection, une torsion du couple poignet - avant-bras afin d'amener cet ensemble - et donc l'épaule qui y est reliée - vers l'avant (omote) ce qui induira nécessairement un retrait de l'autre épaule (ura), ce qui aura pour effet d'empêcher uke de revenir sur tori et de l'agripper ou le frapper.

4) le corps et son axe, symbolisé par la colonne vertébrale, moteur de tout mouvement

Bon, là, c'est pour tous les mouvements.
Un exemple frappant concerne le suburi katate toma uchi dans lequel, effectivement, le jo arrive bien avant le reste du corps.

En résumé, un excellent stage. Matthieu s'emploie à expliquer les principes (il parle d'ailleurs un peu trop mais il m'a dit que c'était un choix délibéré vu que le stage s'adressait en grande partie à des enseignants) et il les explique bien théoriquement tout en les mettant immédiatement en pratique de façon tout à fait limpide.
Il a insisté sur l'écueil de la méthode Saito, à savoir s'enfermer dans une pratique uniquement kotai, nous a encouragé (pour les anciens) à pratiquer plus libre en disant (et là j'ai bu ses paroles) qu'il fallait s'entraîner à travailler sur une attaque déterminée, puis deux, puis trois, puis contre deux partenaires, puis sur attaques complètement libres.
J'applaudis des deux mains

Enfin, s'il y avait quelques points négatifs (avant que les chevilles de Matthieu n'enflent ), je dirais :
- des uke un peu trop "légers" en kotai.
Sans tomber dans une pratique dans laquelle on s'arc-boute, la face convulsée, afin de mettre en échec à tout prix tori, il me semble intéressant (je parle de kotai) de pousser un peu tori dans ses retranchements, pour le faire progresser.
- aucun kiai, curieux pour Iwama

Pour conclure :

Je conseille vivement à tous ceux qui ont l'occasion d'aller voir Matthieu en stage. Cela pourrait orienter, guider, voire changer votre pratique.

Détails

Le deuxième stage de la saison aura lieu les 21 et 22 Février 2009 et sera dispensé par Matthieu Jeandel. Ce stage a lieu à Héricourt (70400) au dojo municipal (rue des roses).

L'hébergement :
Il vous est possible de dormir au dojo gratuitement à condition de nous prévenir suffisamment à l'avance.

Le samedi soir, nous prévoyons un repas dans un restaurant pas très loin du dojo. Prévoyez entre 15 et 20€ pour le repas.

Les horaires :
- samedi 9h-12 et 14h-17h
- samedi 17h-18h cours enseignants (1er Kyu minimum)
- dimanche 9h-12h.

Les tarifs :
- stage complet : 25€
- samedi uniquement : 20€
- dimanche uniquement : 15€.

aikido budo hericourt association de loi 1901